Migration, alimentation et génétique des tortues marines

Kélonia développe des programmes d’étude et de conservation des tortues marines et de leurs habitats à La Réunion et dans le Sud-Ouest de l’océan Indien.

L'observatoire des tortues marines a établi des partenariats avec des équipes et des organismes de recherche aussi bien localement que dans les pays de la zone.

L’objectif est d’accroître les connaissances sur la biologie de ces espèces migratrices dont les aires de répartition dépassent largement les eaux réunionnaises.


Les missions scientifiques pluridisciplinaires auxquelles participe Kélonia témoignent de la présence de milieux naturels exceptionnels et d'une grande diversité biologique dans le Sud-Ouest de l'océan Indien.

Crédits photos : Stéphane Ciccione & Jérôme Bourjea / Kélonia.

 


Suivi des tortues marines des Iles Eparses

Kélonia s’est associé à ce programme démarré par l’Ifremer qui en est toujours partenaire, en 1975 sur les îlots d’Europa, Juan de nova, Glorieuses et Tromelin.

Les traces de montées en ponte sont comptabilisées tous les jours, sur des plages de référence, par les gendarmes ou les météorologues présents sur ces îles. Ces comptages sont consignés dans la base de données Ifremer/Kélonia. Les séries longues, sur plusieurs décennies, sont nécessaires pour analyser l’évolution de la reproduction des tortues marines.

Ce programme a été complété en 2005, par l’étude des stades juvéniles présents dans les lagons. Les îles éparses sont des réserves naturelles gérées par les TAAFs (Terres Australes et AntarCtiques Françaises), elles constituent des sites de ponte majeurs pour les tortues vertes et imbriquées et regroupent des habitats de développement pour les juvéniles de ces espèces.

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Les tortues marines sont sensibles au  changement climatique en raison de leur biologie (la température détermine le sexe des bébés et la ponte a lieu sur les plages très vulnérables à la montée du niveau des océans). Kélonia et Ifremer ont lancé en 2008, un programme de suivi de la température d’incubation, et de la survie des nouveaux-nés dans les nids des sites de ponte des Iles Eparses et Mohéli.

PUBLICATION

  • Reproductive seasonality and trend 
of Chelonia mydas in the southwestern Indian ocean, a 20 year study based on trak counts. 
Lauret-stepler M., Bourjea J., Roos D., Pelletier D., Ryan PG., Ciccione S., Grisel H.
(2007) (accepted) Endangered Species Research.

Etude des migrations

L’utilisation de balises Argos fixées sur la carapace des tortues marines durant leurs déplacements océaniques fournit des informations sur les trajet migratoires et les mécanismes d’orientation utilisés par les tortues. Kélonia et Ifremer, on rejoint des équipes européennes pour développer ces programmes d’étude initiés en 1997.

LES TRAJECTOIRES EN DIRECT sur le site de l'Ifremer

Percer le secret des migrations des tortues marines dans le sud-ouest de l'Océan indien

Les tortues marines s'affranchissent des frontières, et n'ont aucune connaissance des Zones Economiques Exclusives (ZEE) ni des conventions internationales. Elles ignorent la situation politique et socio-économique des pays qu'elles croissent au cours de leurs migrations, comme de la crise économique qui sculpte notre destinée. Elles migrent pour assurer la survie de l'espèce.

Obstinément et selon des règles mystérieuses, elles migrent depuis des millions d'années entre les plage de ponte et les habitats d'alimentation, parfois nageant sur les milliers de kilomètres, traversant de nombreux pays et éco-systèmes, où elles côtoient les sociétés humaines - parfois pour leur bien mais souvent cela entraine la fin prématurée de leur cycle de vie.

article du SWOT (en anglais) : SWOT.pdf


Comportement alimentaire des tortues vertes

Kélonia et Ifremer, avec les équipes de Mayotte et du CNRS de Strasbourg ont développé des programmes pour mieux comprendre le comportement alimentaire des tortues vertes, espèce herbivore, et les interactions avec les herbiers dont elles se nourrissent. Ce programme fait l’objet d’une bourse de thèse régionale attribuée en 2006. Des opérateurs touristiques comme le Jardin Maoré, sont partenaires de ce programme. 

PUBLICATIONS

  • Foraging rythms of the green sea turtle (Chelonia mydas) on seagrass beds in N’Gouja Bay, Mayotte (Indian Ocean) determined by acoustic transmitters and listening stations. 
Taquet C., Taquet M., Dempster T., Soria M., 
Ciccione S., Roos D., Dagorn L. (2006) 
Mar Ecol Prog Serv, Vol.306 : 295-302.
  • Aerial and snorkelling Census Techniques (observations) for estimating green turtle abundance on foraging areas : a pilot study 
in Mayotte Island (Indian Ocean). 
Roos D., Pelletier D., Ciccione S., Taquet M. & Hughes G. (2005). Aquat Living Resour. 18, 193-198.

Caractérisation génétique des tortues vertes du sud-ouest de l'Océan Indien

Ce programme financé par l’Europe et la Région Réunion est le premier de cette envergure dans la région. Il a pour objectif d’évaluer la diversité génétique des tortues vertes de l’océan Indien et de participer à l’identification de sous-populations et de leurs aires de répartition.

Ces connaissances sont des outils d’aide à la définition de stratégie de conservation. Ce programme fait l’objet d’une bourse de thèse régionale attribuée en 2005.

PUBLICATION

  • Phylogéography of the green turtle, Chelonia mydas, in the southwest Indian Ocean. 
Bourjea J., Lapègue S., Gagnevin L., Broderick D., Ciccione S., Mortimer J., Roos D., Taquet C. & Grizel H. (2007) Molecular Ecology 16, 175-186.