LA TORTUE FRANCHE


Le cycle biologique de la tortue franche (ou tortue verte, Chelonia mydas) est caractéristique de celui des tortues marines. Elle vit en mer, se reproduit sur terre, occupe plusieurs habitats au cours de sa vie et fait des migrations de plusieurs centaines de kilomètres pour retourner se reproduire sur la plage de sa naissance.

 

 


L’ÉMERGENCE


Dès l’éclosion des oeufs, ces jeunes tortues unissent leur force pour rejoindre la surface du sable. Si la température extérieure est trop élevée, elles reporteront alors leur sortie à la fraîcheur de la nuit et seront guidées par les reflets brillants de la lune sur l’océan.


 

 


LA NAGE FRÉNÉTIQUE


Celles qui auront échappé aux prédateurs vont rapidement s’éloigner des côtes pour rejoindre la haute mer où elles auront moins de chance de finir dans l’estomac d’un poisson carnivore. Elles nageront plusieurs jours avant de s’arrêter et se laisser porter par les courants.


 

 

 

LA VIE PÉLAGIQUE


Cette partie de la vie des tortues est encore peu connue. Leur migration passive en pleine mer peut durer entre 3 et 5 ans, période pendant laquelle elles se nourrissent de plancton (oeufs de poissons, larves).

 

 

 

LE RETOUR PRÈS DES CÔTES

Lorsque les jeunes tortues ont atteint une taille qui les met à l’abri des principaux prédateurs, elles rejoignent les côtes pour se nourrir sur les récifs coralliens. Elles acquièrent des capacités d’apnée remarquables.


 

 


LES DIFFÉRENTS HABITATS DE DÉVELOPPEMENT


En grandissant, elles pénètrent dans des espaces plus ouverts. Elles y trouvent une nourriture abondante et facilement accessible : algues ou phanérogames marines. Essentiellement herbivores, elles broutent de longues heures afin de constituer des réserves graisseuses.


 

 

Ombre d'un jeune mâle sur l'herbier de N'Gouja (Mayotte)  © Eric Lamblin

 


LA MATURITÉ SEXUELLE

Matures, les tortues quittent les aires d’alimentation pour rejoindre les plages de ponte qui les ont vues naître, parfois distantes de plusieurs milliers de kilomètres. 

 

 

© kélonia / SC

 

L’ACCOUPLEMENT


Pendant la saison de reproduction, les mâles se disputent les faveurs des femelles. Ce sont elles qui contrôlent les apnées lors de l’accouplement qui dure plusieurs heures, à proximité des plages de pontes.

 

 


LA PONTE


Avant la ponte, les femelles repèrent les lieux favorables. À la nuit tombée, elles se hissent sur la plage, jusqu’à la limite de la végétation, en laissant derrière elles de larges traces. Elles creusent une cavité corporelle à l'aide de leurs nageoires puis un puits de ponte où seront déposés 100 à 200 oeufs.


 

Jeune tortue dans l'oeuf  © Kélonia / SC

 

L’INCUBATION


Chaque femelle dépose 100 à 200 oeufs bien protégés sous 70 cm de sable. L’incubation va durer 45 à 90 jours selon la température et l’humidité du sable. De la température du nid dépend également la répartition des sexes chez les petites tortues. En dessous de 28° naîtront une majorité de mâles au dessus, les femelles seront plus nombreuses.

 

 

La saison de ponte terminée, les tortues reprennent le large

 

LE RETOUR VERS LES ZONES D’ALIMENTATION


Une fois la saison de reproduction achevée, les adultes retournent sur leurs aires d’alimentation reconstituer, pendant 2 à 4 ans, leurs réserves graisseuses avant une nouvelle migration de reproduction.