Piton Timize est né

science-savoir

Le dimanche 30 avril 2017, le Parc National de La Réunion, l’Observatoire Volcanologique du Piton de La Fournaise (l'OVPF) et la Cité du Volcan ont baptisé du nom de Piton Timize le cône volcanique de l’éruption du 31 janvier au 27 février 2017, en l’honneur de cette espèce emblématique du patrimoine naturel réunionnais : le Pétrel noir de Bourbon.

Espèce endémique de La Réunion classée « en danger critique d'extinction » par l'UICN, le Pétrel noir de Bourbon (Pseudobulweria aterrima) est une espèce encore trop méconnue du grand public. On estime sa population à moins de 50 couples reproducteurs, ce qui la place sur la liste mondiale des 15 espèces présentant le plus de risques de disparaître dans les prochaines années.

Objet de convoitise des ornithologues du monde entier en raison de sa valeur historique patrimoniale, ce n'est que le 15 Novembre 2016 que les premiers terriers de reproduction ont été découverts sur le massif du Piton de la Fournaise par l'équipe du projet LIFE+Pétrels (regroupant le Parc national, la SEOR, l’Université et l’ONCFS/BNOI). L’existence du Pétrel noir de Bourbon était connue depuis 130 ans et ses terriers étaient activement recherchés depuis des dizaines d'années, mais jusqu'alors, seuls quelques rares jeunes oiseaux échoués sous les lampadaires des villes et ses cris caractéristiques entendus dans les remparts confirmaient sa survie.

Historiquement très présent dans la tradition orale et l'imaginaire créole de Grand Bassin, le Pétrel noir et ses cris nocturnes ont donné naissance, il y a plus d'un siècle, à la légende de « La Timize ». Esprit de la nuit prenant parfois les traits d'un esprit malfaisant associé à la croyance populaire de « Grand Mère Kalle ». « La Timize » fait souvent peur : elle est difficile à discerner dans la nuit autrement que par son cri déchirant et le son de ses battements d'ailes. Son nom est sans doute hérité du malgache « Ti Miss », qui signifie « il n'y a rien ».

Au vu de la place de choix qu'occupe le Pétrel noir de Bourbon dans les patrimoines naturel et culturel réunionnais, cette nomination prend tout son sens. Sa symbolique est d'autant plus forte que l'éruption volcanique ayant donné naissance au « Piton Timize » s’est achevée au moment de l’envol des jeunes pétrels noirs, qui quittent les colonies de reproduction pour s’aventurer en mer en Mars.

Cette nomination est aussi un hommage aux nombreux scientifiques et gestionnaires qui œuvrent depuis plusieurs décennies pour la reconnaissance et la protection active de l’extraordinaire biodiversité de l’île.

Si l'esprit de « La Timize » déploie toute sa puissance la nuit, le Pétrel noir de Bourbon n'en reste pas moins fragile et soumis à plusieurs menaces responsables de son extinction progressive : la prédation par les chats et les rats, ainsi que les perturbations dues aux lumières artificielles.

Espérons que les actions conservatoires mises en place par le Parc national de La Réunion et ses partenaires au travers du projet LIFE+Pétrels, puissent permettre au Piton Timize de devenir un emblème de la protection du Pétrel noir de Bourbon sur l'île de La Réunion.

Ainsi, « La Timize » pourra continuer à adresser un clin d’œil au piton « Kalla et Pelée », nommé en 2015 par référence à la légende de Grand-Mère Kalle et à celle de la déesse hawaïenne Pelée, et à faire rayonner l'imaginaire créole à son degré le plus élevé.